2019 © violaine-laveaux  //////  mise à jour ////// 27/10/2019 jean-françois prigent

  • Facebook Clean

Plage du Truc Vert, Cap-Ferret, août 2013

 

Mercredi 18 août: Je suis menée par le bout d’une plume et navigue en zigzag, entre bord de mer et dune, à rebours des empreintes des mouettes… L’idée d’un journal «d’une plume» prend corps.

 

.Jeudi 19 août: Je ne pensais pas avoir récolte si abondante en lisière de mer… Je décide de m’équiper d’un sac. J’opterai finalement pour un sac de toile noire que je porterai à l’épaule. Pour garder les mains libres.

 

Lundi 23 août: Mon regard s’aiguise. J’adopte l’attitude d’un chasseur cueilleur, insatiable de plumes. Je repère de loin leur éclat. Blanc, presque transparent, proche d’un bout de plastique.

 

Mercredi 25 août: Saisie d’un doux vertige lorsque je me retrouve cernée de plumes. Mon corps s’immobilise ; seule ma tête pivote de gauche à droite, le temps de goûter au spectacle avant de rompre le charme, dissiper l’étonnement et procéder à la cueillette.

 

Jeudi 26 août: Aussi légères qu’une plume.… déposées sur le sable sans anicroches, incroyablement préservées, comme neuves, ces plumes, offrandes au vent, au ciel, je les nomme « les windsurfers ».

 

Vendredi 27 août: Je me prends au jeu et improvise une classification toute suggestive, basée sur la couleur, la taille, et les impressions premières. Se dessine alors une carte des humeurs plumeuses. On y trouve :

les entravées, prisonnières des sillons, si profondément ancrées qu’elles semblent avoir pris racine dans le sable. La surprise est alors au bout du geste. Jeu de hasard, jeu de courte paille, certaines me surprennent par leur taille.

les rebelles/ effrontées, prisonnières des amas d’algues, dés que je les libère, profitent du moindre souffle de vent pour s’ échapper avant de se repiquer comme pointes de flèches.

les mimétiques, celles qui pointant le ciel d’un calamus blanchi, jouent les arêtes de poissons, ou se végétalisent à l’image de ces palmiers déplumés, croisés du regard dans le désert saharien.

les Sergent-Major, fichées dans le sable comme dans des encriers, elles invitent à retrouver un geste d’enfance, une mémoire de geste tracé à fleur de sable : le jeu du pendu.

les ouvragées: j’en découvre une qui présente à son sommet une «houppette» d’une précision extrême. Est-ce l’ouvrage du temps ou bien de mains habiles et facétieuses?

- les compas de mer: D’autres telles des aiguilles de boussoles me suggèrent des directions à prendre; J’hésite, avance de deux pas, recule de trois. Des heures durant, je sillonne les dunes, jusqu’à la nuit parfois.

Mais aussi: Les blessées/malmenées, les précieuses/coquettes, les simples, les merveilleuses, les graphiques (noires et blanches), les poudrées, les zébrées, les ourlées, les constellées, les Mille et une nuits, mes «Shéhérazades»…

 

Samedi 28 août: Au fil de mes pas, le sac dans lequel j’engrange ma récolte prend des allures de carquois. Je souris à l’image que me renvoie mon ombre portée, celle d’un Robinson des plumes, arpenteur de dunes…

 

Samedi 19 octobre: Je n’ai pas su résister à l’éclat d’une petite plume, posée là à même le trottoir, couleur d’automne…

 

Dimanche 20 octobre 2013: Même le quotidien s’en mêle. Dans l’atelier de couture, deux plumes me surprennent. Sans doute échappées d’un oreiller.

 

Lieux des autres collectes (Après avoir quitté la mer) :

Annecy, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Figeac, Paris, Rodez, Séte, Talence, Tarascon, Toulouse.